Comment devenir boucher, charcutier ou traiteur ?

  1. Accueil
  2. chevron_right
  3. Gastronomie
  4. chevron_right
  5. Comment devenir boucher, charcutier ou traiteur ?

Ces métiers sont prometteurs, vous trouvez aisément un travail que ce soit dans une enseigne locale ou la grande distribution. Il faut toutefois un diplôme pour envisager une telle carrière professionnelle. 

L’EMA vous propose une formation en alternance 

Après la troisième, vous pouvez déjà envisager un avenir professionnel grâce à l’École des Métiers de l’Alimentation. L’EMA vous propose une formation qui bénéficie de trois avantages : 

  • Le contrat en alternance est rémunéré et il est ouvert dès 16 ans
  • L’apprentissage se déroule sur trois ans
  • Ce sont des professionnels qui vous accompagnent

Ces formules rencontrent un vrai succès puisque vous utilisez rapidement vos connaissances sur le terrain. 

Un enseignement rythmé par le centre et l’entreprise

Les entreprises sont d’ailleurs très attirées par ce mode opératoire, car elles forment rapidement leurs futurs bouchers, charcutiers et traiteurs à leur image. À la fin de la formation en alternance, ils maîtrisent parfaitement toutes les conditions, les normes, le fonctionnement… C’est un réel avantage puisqu’elles gagnent du temps. Cet enseignement est composé à 60 % d’une formation entre grande distribution et commerce artisanal. Le reste du temps est consacré au centre qui propose des équipements innovants afin d’apprendre les bases dans les meilleures conditions. Si vous validez les épreuves certificatives dans les 8 unités distinctes, vous commencez une nouvelle carrière en tant que boucher, traiteur ou charcutier. 

Un taux d’insertion de 85 %

La formation en alternance est beaucoup plus intéressante que d’autres cursus, car elle est rémunérée même si elle nécessite un investissement pendant deux années. L’agroalimentaire est un secteur dynamique, il recherche constamment de nouveaux candidats puisque des postes sont à pourvoir que ce soit dans des commerces locaux, de grandes enseignes de la distribution ou de petites firmes. Le taux d’insertion professionnel atteint tout de même 85 %, ce qui n’est pas négligeable alors que le marché de l’emploi n’est pas aussi performant dans divers domaines.

Menu