Pourquoi mon bébé pleure-t-il la nuit ?

  1. Accueil
  2. chevron_right
  3. Conseils
  4. chevron_right
  5. Pourquoi mon bébé pleure-t-il la nuit ?

C’est probablement la première source de fatigue de tous les parents courageux qui se creusent petit à petit des cernes sous les yeux. Les pleurs nocturnes de l’enfant interviennent régulièrement la nuit, en particulier les premiers mois. Or, il est très difficile pour de jeunes parents, notamment ceux dont c’est la première fois, de savoir à quoi correspondent les sanglots. Avec un peu d’expérience, on s’y habitue et l’on sait les reconnaître. De quoi votre bébé a-t-il besoin la nuit ?

Des besoins vitaux

La première raison des pleurs du bébé la nuit, c’est la faim. Un bébé a besoin d’être nourri régulièrement au début et ne connaît pas les heures de bureau. Il y a de fortes chances que vous deviez l’allaiter ou préparer un biberon. Une autre raison vitale, c’est la couche qui a besoin d’être changée, car il se sent mouillé et ça l’irrite. Il peut arriver aussi qu’il ait des coliques dues à un problème de digestion et il a mal.

Il a peur

Votre bébé vient de passer d’un monde très rassurant, celui du ventre de sa mère à un environnement où il est seul. Cela arrive surtout après les premiers mois avec ce que l’on appelle les terreurs nocturnes. L’enfant se réveille, prend conscience qu’il est seul et panique dans le noir. Il se met à pleurer et ne sera rassuré que quand vous le prendrez dans vos bras jusqu’à ce qu’il se rendorme. En cliquant sur le lien suivant https://www.tinylove.com/fr/mobiles-veilleuses-bebe, vous trouverez des veilleuses qui pourront rassurer votre bébé la nuit en lui procurant une forme de présence.

Il a perdu quelque chose

Lorsqu’il s’endort, le bébé a autour de lui un univers qui lui est familier. D’abord, il a sa couverture toute douce dans laquelle il se sent au chaud. Ensuite, sa tétine (s’il en a une) lui permet de continuer à téter, et ça le détend. Enfin, il serre dans ses bras son fidèle doudou. Lorsqu’il se réveille la nuit et qu’il ne trouve pas l’un d’entre eux, c’est la catastrophe.

Pour chacun de ces manques, les enfants pleurent et tous ces sanglots sont différents. À vous de les reconnaître.

Menu